19/12/14. Le PLF adopté par le Parlement

(Source: www.boursier.com)

 

    "Le projet de budget 2015, qui prévoit de ramener le déficit du pays à 4,1% du PIB - revu de 4,3% - contre le dérapage de 4,4% en 2014, a été définitivement adopté par le Parlement ce jeudi. Le PS et les radicaux de gauche ont voté en faveur du texte, alors que les socialistes frondeurs et les écologistes se sont abstenus. Enfin, le Front de gauche, l'UMP et UDI (centriste) s'y sont opposés.

 

 

Suppression de la première tranche de l'IR

    Pour parvenir à ces objectifs de réduction du déficit, Bercy vise une croissance de 1% l'an prochain, après 0,4% en 2014 et compte réaliser 7,7 milliards d'euros d'économies sur les dépenses de l'Etat et 3,7 milliards sur les collectivités territoriales. Parmi les mesures phares, on retiendra la suppression de la première tranche du barème de l'impôt sur le revenu. Cette mesure, combinée à la réduction d'impôt de 2014 "bénéficiera à 9 millions de foyers fiscaux, 3 millions de foyers devenant non imposables ou évitant de devenir imposables", rappelle le gouvernement. Côté recettes, le projet prévoit une hausse du prix du litre de gazole de quatre centimes pour les poids lourds. La mesure doit compenser en partie, la suppression de l'Ecotaxe. Le Parlement a aussi adopté un amendement du gouvernement qui modifie le montant de la taxe de séjour en fonction de la catégorie de l'hôtel. Les communes pourront la porter jusqu'à 4 euros par personne et par nuit.

 

 

Bruxelles veut du concret


    La Commission européenne a finalement validé ce projet de Budget, suite à l'annonce, par le ministre des Finances, Michel Sapin, de mesures d'économies supplémentaires s'élevant à 3,6 milliards d'euros. Mais le feu vert de Bruxelles reste temporaire : l'organe exécutif européen a demandé au gouvernement de présenter d'ici mars un calendrier clair des réformes structurelles prévues pour donner son accord définitif. Paris met en avant les efforts engagés, en particulier avec le Pacte de responsabilité, qui prévoit des allègements de charges pour les entreprises, mais aussi avec le projet de loi Activité et Croissance que le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a dévoilé la semaine dernère."

 

Actualités